Les cigognes retrouvent infailliblement le chemin du Zwin Parc Nature

Au Zwin Parc Nature, à Knokke-Heist, les données recueillies par les cigognes équipées d’un émetteur ont éte dévoilées le mardi 26 juillet. Grâce à ces émetteurs, qui permettent de suivre les mouvements des cigognes en permanence, le Parc, en collaboration avec l’Institut royal des Sciences naturelles de Belgique, approfondit ses recherches scientifiques sur cette espèce.

Émetteurs

Cette année encore, le Zwin Parc Nature de Knokke-Heist a équipé cinq cigogneaux d’émetteurs. Ce faisant, le nombre total de cigognes munies d’un émetteur au cours des quatre dernières années passe à 17. Trois des cigognes du Zwin équipées d’un émetteur entre 2019 et 2021 sont toujours en vie, portant à neuf le total des oiseaux émetteurs toujours en vie.
Les émetteurs ont permis de faire une découverte remarquable : presque toutes les cigognes qui survivent à leur premier hiver reviennent dans la région du Zwin au printemps suivant.

Résultats

Ces dernières années, le projet lié aux émetteurs a livré de nombreux résultats intéressants. Le Zwin Parc Nature et l’Institut royal des Sciences naturelles de Belgique ont par exemple découvert que la majorité des cigognes équipées d’un émetteur passaient l’hiver en Espagne et dans le nord du Maroc. À l’automne 2021, les données prélevées sur un des oiseaux émetteurs ont surpris les scientifiques en révélant qu’une petite partie des cigognes entreprenait encore la traversée du Sahara. Cet oiseau s’est retrouvé dans la région frontalière du Mali et du Burkina Faso en Afrique de l’Ouest, à environ 4 190 km à vol d’oiseau du Zwin.

Tous les cigogneaux équipés d’un émetteur ont migré vers le sud à la fin de l’été ; aucun spécimen n’est resté hiverner dans le Zwin. Certaines cigognes émettrices ont migré ensemble vers le sud pendant plusieurs jours, mais d’autres oiseaux ont quitté le reste du groupe au bout d’une journée déjà. Les décharges et les sites d’élimination des déchets se sont avérés être des haltes migratoires et des lieux d’hivernage importants.

Lors de leur première migration ascendante au cours de leur première année de vie, toutes les cigognes équipées d’un émetteur sont retournées vers le nord. Elles ont toutefois entrepris le voyage beaucoup plus tard au printemps que les cigognes plus âgées. Comme elles ne se reproduisent pas avant l’âge de trois ans au plus tôt, elles ne sont pas pressées de revenir rapidement dès leur premier printemps. Les émetteurs ont permis de faire une autre découverte remarquable : presque toutes les cigognes qui survivent à leur premier hiver reviennent dans la région du Zwin au printemps suivant. Bien qu’ils enchaînent plusieurs milliers de kilomètres, les oiseaux retrouvent infailliblement le chemin de leur terre natale. Au cours de leurs pérégrinations, presque tous les cigogneaux émetteurs restent dans la région du Zwin pendant une période plus ou moins longue.
Nouveauté en 2022 : la première reproduction effective de l’une des plus vieilles cigognes émettrices, Hadewijch. Après avoir construit un premier nid en 2021, cet oiseau est revenu cette année de son lieu d’hivernage espagnol et, cette fois, il a effectivement couvé, bien que les jeunes de la nichée n’aient pas survécu avant d’être en âge de prendre leur envol. Cela n’est pas inhabituel pour les premières nichées. Les cigognes ont besoin de plusieurs années d’expérience avant de parvenir à se reproduire efficacement. C’est la raison pour laquelle ce projet scientifique s’inscrit avant tout sur le long terme.

Collaboration

Dans le cadre de ce projet d’émetteurs, le Zwin Parc Nature collabore étroitement avec l’Institut royal des Sciences naturelles de Belgique. Ces émetteurs sont particulièrement légers. En effet, ils pèsent 25 grammes, soit moins d’un pour cent de la masse totale des cigognes. Ces dispositifs fonctionnent à l’énergie solaire et déterminent en permanence la position des cigognes à quelques mètres près. Les cinq cigogneaux actuellement équipés d’un émetteur sont nés cette année.

Objectif du projet

Le projet d’émetteurs met en lumière les itinéraires de migration des cigognes, les lieux où elles hivernent, ainsi que les difficultés qu’elles rencontrent. La cigogne est une espèce à protéger et les données récoltées par les émetteurs fourniront des informations cruciales pour garantir sa survie. Dans les années à venir, d’autres cigognes seront équipées de ce type d’appareil.

Parrainage des émetteurs

Depuis l’année dernière, les entreprises et les particuliers ont la possibilité de parrainer une cigogne équipée d’un émetteur. Cette année aussi, les cigognes du Zwin ont de nouveaux parrains : Umami Exclusive Cosmetrics parraine deux cigognes ; Pierre Leroy, USG Professionals de Berchem et le bistrot du Zwin The Shelter sont chacun parrain d’une cigogne. Les parrains ont pu choisir le nom de « leur » cigogne.
Le projet de parrainage de cigognes se poursuivra en 2023. A cette occasion, les entreprises et les particuliers auront à nouveau la possibilité de parrainer une cigogne équipée d’un émetteur. Devenir parrain coûte 1 062,50 € HTVA par cigogne émettrice.

Résultats

Vous pouvez découvrir les résultats de l’étude sur notre site et sur le compte du Zwin Parc Nature sur les réseaux sociaux.