Plantes du Zwin

Le Zwin est très particulier comme zone de transition entre deux biotopes : la plage et les dunes, d’une part, les slikkes et les schorres d’autre part.

Un paysage d'exception

Les slikkes sont immergées deux fois par jour à marée haute, et n'ont quasiment pas de végétation. La végétation des schorres au contraire est très particulière. 
Des points les plus bas des slikkes aux plus hauts des schorres, on voit clairement la transition d’un sol humide à un sol sec, d’un milieu salin à un milieu d’eau douce, de terres exposées aux effets constants de la marée aux endroits moins influencés par la marée.
En Europe occidentale, les slikkes et schorres salins le long de la côte et des estuaires sont relativement rares. Ils bénéficient dès lors de la protection européenne.

La salicorne, plante pionnière par excellence

Les slikkes sont immergées deux fois par jour à marée haute, et n'ont quasiment pas de végétation. Aucune graine ne parvient à germer dans un milieu aussi salin.
Les parties surélevées des slikkes sont moins exposées aux effets de la marée que les parties plus basses. Quelques plantes parviennent dès lors à s’y maintenir.
C’est sur ces parties que pousse la salicorne. Les graines de cette petite plante ne peuvent en effet s’enraciner que sur des parcelles de terrain qui ne sont pas immergées quotidiennement.
La salicorne colonise aussi les bas schorres.
La salicorne accumule suffisamment d’eau pour être en harmonie avec le milieu très salin où elle croît. Les ramifications vert clair, charnues et tendres constituent leur principal réservoir d’eau

Le Zwin, absolument unique pour ses schorres

Le Zwin occupe une place unique en Belgique en raison de ses schorres.
Le schorre est une étendue qui est régulièrement inondée par la mer; pas journellement, mais uniquement lors de pleines mers/ou équinoxes. La végétation des schorres dépend du degré d’immersion ainsi que des dénivellations. Chaque espèce recherche le niveau où elle peut se maintenir.
La végétation des schorres est très particulière. On n’y trouve que des communautés végétales pouvant supporter la présence d’eau salée. Elles se composent donc essentiellement d’espèces ‘halophiles’ ou ‘tolérantes à la salinité’.

Adaptation au milieu salin

Survivre dans un biotope comme le Zwin n’est pas une mince affaire. Quelques plantes et animaux se sont cependant parfaitement adaptés au milieu salin.
Pour se maintenir dans un milieu salin, les plantes se sont adaptées. Leur physiologie leur permet de se maintenir relativement longtemps sans eau.
La plupart des halophytes ont de grosses feuilles ou tiges charnues qui leur permettent de conserver l’eau absorbée. C’est le cas de la Salicorne et de la Soude maritime. Ces plantes sont dotées de véritables ‘réservoirs d’eau’.
D’autres plantes halophytes sont  des  plantes pileuses. Leurs feuilles sont velues ou couvertes d’écailles. Ces écailles maintiennent une couche d’air empêchant ou freinant l’évaporation. L’obione faux-pourpier est un exemple de plante pileuse. Les feuilles sont couvertes de petites écailles qui confèrent à la plante sa couleur argentée.
La plupart des plantes halophytes, telles la Salicorne et l’Obione faux-pourpier, absorbent l’eau de mer jusqu’à saturation. La physiologie de la Lavande de mer lui permet même d'exsuder l’excédent de sel ! Par temps chaud et ensoleillé, on peut quelquefois apercevoir les cristaux de sel sur la face inférieure des feuilles.

Lavende de mer

Centaurée

Mouron des champs

Armérie maritime

Spergulaire atlantique

Salicorne